Abilio Diniz

Abilio diniz

Un patron qui a surmonté les crises

En 1999, le groupe Pão de Açúcar établit des liens commerciaux et financiers avec Casino. Le Grupo Pão de Açúcar dirigé par Abilio Diniz (Découvrez le profil abilio-diniz) fait face à d'importantes difficultés financières au début de la décennie 1990, en pleine crise. Le plan de sauvetage sévère élaboré par le patron permet de préserver le groupe GPA, qui congédie 20 000 salariés, vend les activités qu'il détient au Portugal et ferme 1/3 des magasins. A la fin des années 80, Abilio Diniz siège au Conseil Monétaire National pendant que le Brésil rencontre une phase d'inflation démesurée.

L'enfance brésilienne d'Abilio Diniz

A la toute fin des années 1920, la famille d’Abilio Diniz, d’origine portugaise, part pour le Brésil. La capitale économique du Brésil l'a vu naître en 1936. C’est aux USA qu’Abilio Diniz veut continuer ses études en économie.

Durant l'année 2011, Abilio Diniz joint la Chambre de Politique et de Gestion et compétitivité, qui a comme ambitions d’améliorer l’efficacité des services publics et de rendre concurrentielles les entreprises brésiliennes. Abilio Diniz appartient aux personnages les plus charismatiques du Brésil. Au sein des 100 personnages possédant le plus d'influence au Brésil, on compte le businessman, selon le magazine du Brésil "Epoca".

Le commerce trouvera son avenir dans les grandes surfaces, c'est ce que prévoit le père d’Abilio Diniz dès la fin des années cinquante. Pour faire croître sa propre chaîne, il s'est inspiré de la réussite du groupe Carrefour, dont il a rencontré les fondateurs en 1974. Dix ans après l'ouverture de sa 1ère grande surface, à la toute fin des années cinquante, le groupe GPA rassemble mille quatre cents employés répartis dans quarante supermarchés. Le père d’Abilio Diniz ouvre sa première boulangerie sur un boulevard particulièrement commerçant de Sao Paulo.

Le groupe GPA a retrouvé son équilibre comptable juste après la crise et commence les pourparlers de partenariat avec le groupe Casino. Il doit faire face à la concurrence du géant français Carrefour au Brésil. Abilio Diniz ambitionne de transformer GPA en n°2 mondial du secteur de la grande distribution en fusionnant le groupe GPA avec Carrefour Brésil au tout début des années 2010. L'union de Carrefour Brésil avec Grupo Pão de Açúcar avorte du fait du refus de Jean-Charles Naouri et du désengagement de la Banque Brésilienne de Développement. En septembre 2013, l’accord signé avec Casino permet à Abilio Diniz d’être délivré de sa clause de non-concurrence et de pouvoir investir dans n’importe quel secteur économique.

Articles